Jeux Asiatiques 2018 : Nageurs Chinois au pied du mur

Eric Lahmy
by Eric Lahmy 0

August 18th, 2018 Français

Jeux Asiatiques 2018

Ancien nageur, Eric Lahmy est journaliste, écrivain, rédacteur en chef, et reporter. Il anime depuis 2013 Galaxie-Natation, un blog dédié à son sport préféré.

Samedi 18 Août 2018

Dans un article de présentation des Jeux Asiatiques, Nazvi Karim, du South China Morning Post, cite SUN Yang. Le triple champion olympique chinois (400 et 1500 mètres en 2012, 200 mètres en 2016) espère que les semaines de préparation qu’il s’est octroyées à Hong Kong et à Singapour lui auront permis d’enlever cinq courses à Djakarta. Egalement cité, Cheng Hao, le patron de l’équipe chinoise, estime que le travail de SUN Yang va payer, et qu’il n’aura pas trop à s’adapter, le climat de Hong Kong et de Singapour étant assez proche de celui de Djakarta.

S’il parvenait à enlever cinq titres ici, SUN Yang doublerait son capital or deviendrait le 2e sportif chinois le plus médaillé des Jeux asiatiques derrière un tireur « légendaire », WANG Yifu (23 médailles, dont 14 en or), qui fut battu au pistolet de 10 mètres aux Jeux olympiques de Sydney par Franck DUMOULIN. Tout le monde sait le peu d’attrait de Galaxie Natation pour ce genre de comptabilité, laquelle ne signifie pas toujours grand’ chose : il y a des sports qui se prêtent à ces accumulations de breloques, comme la gymnastique, le tir et la natation – n’est-ce pas Michael PHELPS, Ryan LOCHTE et Katinka HOSSZU – et d’autres pas. Mais comme des tas de gens jugent ce genre de faits d’armes importants…

SUN est engagé sur 200, 400, 800 et 1500 mètres et il est prévu qu’il nage un relais (non spécifié, sans doute le quatre fois 200).

Les Chinois comptent aussi sur leur dossiste FU Yuanhui, championne du monde 2015 sur 50 dos et quatre fois 100 quatre nages, laquelle est devenue une vedette dans son pays après sa médaille de bronze olympique sur 100 mètres dos (ex-aequo avec Kylie MASSE), plus, d’ailleurs, en raison de son caractère extraverti et de ses mines, expressives ainsi que de sa spontanéité que pour ses résultats.

Cette funny girl version chinoise avait défrayé la chronique aux Jeux de Rio quand après avoir nagé moyennement dans le relais quatre nages, elle avait expliqué qu’elle souffrait de règles douloureuses, genre de propos tabous dans la prude Chine. Si cette franchise avait choqué, FU triompha sur Internet et il semble que les femmes aient apprécié qu’elle ait brisé les interdits.

Mais bien entendu, on l’attend dans le bassin : ses records personnels, 27s11, 58s72 et 2’8s84, datent de 2015 et de 2016. Et aux mondiaux 2017, à Budapest, elle a moins flambé qu’attendu, battue (d’un centième il est vrai) par Medeiros sur 50 dos, seulement demi-finaliste sur 100 dos et largement devancée dans le relais quatre nages…

Il sera aussi intéressant de voir ce que les Chinoises feront en demi-fond, ou encore en papillon, où elles furent dominatrices… à une époque il est vrai où, pour reprendre l’expression imagée de Jean-Claude PERRIN quand il différenciait ses perchistes de Sergei BUBKA, elles prenaient des petits déjeuner survitaminés quand leurs adversaires en étaient aux céréales !

Mais les performances sont une chose, les résultats en sont une autre, et il faudra à chaque fois venir à bout des adversaires, pour la plupart japonais…

Mais pas seulement. C’est ainsi que Joseph SCHOOLING, le Singapourien champion olympique du 100 mètres papillon de Rio, cherchera une rédemption, après s’être laissé battre sur 100 libre en 50s26 par l’Indien Virahawal KHADE aux championnats de Singapour. Depuis son succès olympique, SCHOOLING a eu tendance à se laisser aller, s’étant occupé ainsi à lancer une école de natation dans son pays. Il aurait minci de 4 kg ces derniers mois, mais il reste assez paresseux pour avoir préféré nager le 50m plutôt que le 200 mètres. Il se présentera aussi sur 50 et 100 papillon et 100 libre. Il espère battre ses records, dit-il, mais ce ne sont peut-être que des effets d’annonce. C’est au pied du mur qu’on reconnait le maçon !

Au pied du mur de Chine, bien entendu…

 

In This Story

Leave a Reply

About Eric Lahmy

Eric Lahmy

Né à Tunis en Tunisie le 1er juin 1944, Eric Lahmy est journaliste, écrivain, rédacteur en chef, et reporter. Nageur, il a été champion de Tunisie du 200 mètres brasse en 1964. Il a ensuite été journaliste à L’Equipe entre 1969 et 2011, il a effectué de multiples collaborations, dont …

Read More »

Don't want to miss anything?

Subscribe to our newsletter and receive our latest updates!