Affaire Sun Yang : selon les Chinois, Sun Yang a eu raison de chinoiser !

Eric Lahmy
by Eric Lahmy 0

January 31st, 2019 Français

Ancien nageur, Eric Lahmy est journaliste, écrivain, rédacteur en chef, et reporter. Il anime depuis 2013 Galaxie-Natation, un blog dédié à son sport préféré.

30 janvier 2019

LES CHINOIS ONT EMBOITÉ LE PAS DE SUN YANG DANS L’AFFAIRE QUI A MENÉ À LA DESTRUCTION PAR L’IMPÉTRANT DES FIOLES OU SE TROUVAIT SON SANG GÉNÉREUX. À L’ARRIVÉE ? SI ON N’Y PRÊTE GARDE, ON NE POURRA PLUS CONTRÔLER PAR SURPRISE C’EST- À-DIRE QU’ON NE POURRA PAS CONTRÔLER SÉRIEUSEMENT.

L’Association chinoise de natation soutient Sun Yang contre les accusations du Sunday Times

(article du Quotidien du Peuple en ligne)

L’Association chinoise de natation (CSA) a affirmé le 27 janvier que Sun Yang n’avait commis aucun acte répréhensible et n’avait pas enfreint les règles antidopage lorsqu’il a subi un test d’urine hors compétition en septembre dernier. Selon un communiqué rendu public le même jour, la CSA a cité une décision finale du jury antidopage de la FINA, disant « En conséquence, la session de prélèvement d’échantillons lancée par l’IDDM le 4 septembre 2018 est invalide et nulle ».Le 4 septembre 2018, Sun Yang avait rejeté un test de dopage hors compétition fait chez lui, dans la province du Zhejiang, car les contrôleurs de dopage de l’IDDM, l’organisation alors autorisée par la FINA pour effectuer de tels tests, n’avaient pas présenté de preuve d’identité suffisante. Le différend entre le nageur et l’équipe de contrôle du dopage a ensuite été soumis à la FINA, la Fédération mondiale de natation, qui s’est prononcée en faveur de Sun Yang après une audience de 13 heures le 3 janvier. Dans un article intitulé « Le champion olympique Sun Yang a agressé des contrôleurs de dopage », le journal britannique Sunday Times a déclaré que le nageur chinois « risque une interdiction à vie après qu’un affrontement avec des contrôleurs antidopage se soit terminé par la destruction d’une fiole scellée contenant le sang du nageur à coups de marteau, par son garde de sécurité et lui ».L’article a ajouté que Sun Yang « a refusé la carte d’identité du contrôleur, afin de l’observer laisser passer son urine, affirmant que c’était une preuve insuffisante pour certifier qu’il était bien un membre officiel de l’équipe de contrôle ». La CSA a cité la décision de la FINA, qui, dans son communiqué, a dit que « M. Sun Yang n’a pas commis de violation des règles antidopage en vertu de la FINA DC 2.3 ou de la FINA DC 2.5 ».« Après que la FINA ait ouvert une enquête sur le problème, la CSA a ordonné à Sun Yang de coopérer pleinement avec la FINA et de rapporter chaque détail de l’affaire au plus juste. Selon la décision finale du panel antidopage de la FINA, la FINA a confirmé que l’athlète n’avait pas commis violation des règles antidopage », a annoncé la CSA dans une déclaration. Sun Yang, détenteur du record du monde du 1500 mètres nage libre et triple champion olympique, envisage de porter plainte contre le Sunday Times, a annoncé le 27 son avocat, Zhang Qihuai. M. Zhang a indiqué que le journal avait relaté l’incident « avec une intention malveillante » qui « portait gravement atteinte à la réputation de Sun Yang ainsi qu’à sa vie privée ». « Nous nous réservons le droit de poursuivre en justice les médias internationaux concernés qui ont rapporté l’incident », a-t-il ajouté, selon un communiqué transmis à Xinhua. « Les trois membres du personnel IDDM n’ont pas été en mesure de produire des documents d’autorisation de celle-ci et n’ont pas non pas fourni non plus un certificat d’agent de contrôle du dopage ou une licence d’infirmier », a précisé M. Zhang dans son communiqué. « Et ils ont fabriqué un rapport mensonger selon lequel Sun Yang avait enfreint les règles antidopage et l’avaient envoyé à la FINA ».Lors d’une interview ultérieure, M. Zhang a révélé que l’équipe de contrôle du dopage était composée de l’agent de contrôle du dopage en chef, d’un camarade de classe non formé et d’un ami.« En fait, les deux autres personnes n’avaient pas de formation en matière de contrôle du dopage, ni de certificats d’agents de contrôle du dopage et ni de documents d’autorisation appropriés », a expliqué M. Zhang, qui a ajouté que Sun Yang a immédiatement signalé le problème aux autorités de natation du Zhejiang, qui « ont consulté le chef de l’équipe nationale de natation et ont décidé d’empêcher les agents de contrôle du dopage de prélever l’échantillon de sang, leurs identifications et le processus de contrôle de dopage étant discutables ».À la suite de l’incident, Sun Yang et Zhang Qihuai ont assisté à une audience de la FINA en novembre 2018 à Lausanne. « Nous avons fourni de nombreuses preuves, notamment 58 captures vidéo et des images de surveillance reproduisant de manière objective la scène », a déclaré M. Zhang. « La FINA a donc conclu que Sun Yang n’avait commis aucun acte répréhensible », et « Sun Yang a le droit de rejeter tout test de dopage non valide et de protéger la réputation et l’intégrité des athlètes chinois », a-t-il ajouté dans une interview.

(Rédacteurs : Yishuang Liu, Gao Ke)

In This Story

Leave a Reply

About Eric Lahmy

Eric Lahmy

Né à Tunis en Tunisie le 1er juin 1944, Eric Lahmy est journaliste, écrivain, rédacteur en chef, et reporter. Nageur, il a été champion de Tunisie du 200 mètres brasse en 1964. Il a ensuite été journaliste à L’Equipe entre 1969 et 2011, il a effectué de multiples collaborations, dont …

Read More »

Don't want to miss anything?

Subscribe to our newsletter and receive our latest updates!