200 Quatre nages à Hangzhou : Katinka Hosszu toujours bien installée

Eric Lahmy
by Eric Lahmy 0

December 16th, 2018 Français

Championnats du monde de natation en petit bassin de la FINA

Ancien nageur, Eric Lahmy est journaliste, écrivain, rédacteur en chef, et reporter. Il anime depuis 2013 Galaxie-Natation, un blog dédié à son sport préféré.

Dimanche 16 Décembre 2018

ET DEUX GIRLS US SUR LE PODIUM, MELANIE MARGALIS ET KATHLEEN BAKER

Les Hongrois sont actuellement agités par d’autres soucis, eux qui sortent dans les rues par un froid de canard, conspuer leurs dirigeants, un truc à la mode dans la vieille Europe ces derniers temps. Il est possible que le sort que la rue veut faire à Monsieur ORBAN, leur homme de fer, ne lui donne pas loisir d’entendre, depuis les mondiaux « petit bassin » d’Hangzhou, que les affaires ne vont pas si mal pour leur dame de fer !

La preuve est donc faite que coachée par son un peu hystérique Shane Tusup d’ex-époux ou par le placide Arpad PETROV (distingué beau-frère de Zsuzsanna Jakabos), qui a repris le flambeau, Katinka HOSSZU n’a perdu ni son talent, ni son goût batailleur et encore moins son sens de la gagne.

Fallait juste revoir les points de rouille !

200 mètres papillon, 200 et 400 quatre nages, sont tombés dans son escarcelle, et si le 200 dos lui fut fatal, le titre du 100 mètres dos ne lui a semble-t-il échappé qu’en fonction des bras de basketteuse de la splendide Olivia SMOLIGA.

Son succès sur 200 quatre nages a été magistral. Melanie MARGALIS et Kathleen BAKER, qui l’accompagnèrent sur le podium purent, la première sur les trois dernières nages, la seconde dans son parcours en dos, l‘égaler ou lui reprendre du terrain. Mais la longueur de corps qu’elle leur infligea d’entrée, en 26s74, dans son parcours initial de papillon, fut peut-être décisive. BAKER et SEEBOHM lui revinrent sur le paletot et la passèrent dans leur spécialité, mais l’Iron Lady, qui est aussi forte dossiste qu’elle, ne les laissa revenir que parce qu’elle s’économisait avant de se lâcher en brasse, où elle surclassa tout son monde – à l’exception de l’Italienne CUSINATO, qui ne jouait aucun rôle pour la gagne -, puis solidifia son avance dans le parcours de crawl. Sans approcher son record mondial, 2’1s86 en 2014, elle gardait la haute main sur l’un des joyaux de sa couronne. Une MARGALIS teigneuse à souhait confirmait, elle, après le 400 quatre nages, qu’elle était  bien sa dauphine, tandis que BAKER sauva le bronze d’un retour de YE Shiwen

DAMES.- 200 m 4 nages : 1. Katinka HOSSZU, Hongrie, 2’3s25 (26s74, 58s14, 1’33s35, 2’3s25 – 26s90, 31s40, 35s21, 29s90); 2. Melanie MARGALIS, USA, 2’4s62 (27s53, 59s14, 1’34s82, 2’4s62 – 27s53, 31s61 35s68 29s80); 3. Kathleen BAKER, USA, 2’5s54 (27s02, 57s79, 1’34s18 2’5s54 – 27s02 30s77 36s39 31s36) 4. YE Shiwen, Chine, 2’6s17 (27s54, 59s20, 1’35s84, 2’5s79 – 27s54, 31s66, 36s64, 29s95); 5. Ilaria CUSINATO, Italie, 2’6s17; 6. Emily SEEBOHM, Australie, 2’6s80; 7. Abbey HARKIN, Australie 2’8s30 (en séries, 2’7s45); 8. Sakiko SHIMIZU, Japon, 2’8s41 (en séries, 2’7s75).

En séries, Fantine LESAFFRE, FRANCE, 2’8s27

In This Story

Leave a Reply

About Eric Lahmy

Eric Lahmy

Né à Tunis en Tunisie le 1er juin 1944, Eric Lahmy est journaliste, écrivain, rédacteur en chef, et reporter. Nageur, il a été champion de Tunisie du 200 mètres brasse en 1964. Il a ensuite été journaliste à L’Equipe entre 1969 et 2011, il a effectué de multiples collaborations, dont …

Read More »

Don't want to miss anything?

Subscribe to our newsletter and receive our latest updates!