15 Signes qui font de vous un nageur qui s’affûte

by Clement Secchi 0

June 13th, 2019 Français

Olivier Poirier Leroy. Pour rejoindre sa newsletter motivante cliquez ici clicking here (anglais uniquement). Traduction de ses propos.

Ah, la mythique et terrible meilleure période de la saison d’entraînement : l’affûtage. Pour certains nageurs cette phase leur redonne vie, leur permettant de passer de la fatigue extrême et des douloureux longs entraînements à des sessions plus courtes où on ressent une facilité à nager vite, pour d’autres c’est une période horrifiante chargée de questions, de changements, de mauvaises sensations ou encore de doutes.

Peu importe ce que cela représente pour vous, voici 15 signes qui prouvent que votre affûtage fonctionne.

1. Vous ne vous endormissez plus dans la voiture sur le trajet du retour de l’entraînement. La première fois que vous partez de la piscine avec de l’énergie vous ne pouvez pas vous empêcher de trouver ça bizarre. D’habitude votre amis, sœur, mère a besoin de vous traîner du vestiaire jusqu’à la voiture où dans le fond vous vous assoupissez rapidement. Plus jamais de sommeil et réveil prompt dans la voiture. C’est plutôt agréable!

2. Vous recherchez le moindre mal, problème ou symptôme que vous ressentez. Pendant l’affûtage on est super sensibles à tout ce qui se passe autour de notre corps. Maintenant que toute la fatigue, le travail mental et physique est derrière nous, nos corps se dépêchent de récupérer, nous trouvons ainsi que la moindre douleur et le moindre problème peut terminer notre carrière (notre course). La quantité habituelle d’entraînement masquait ces petites douleurs et courbatures mais avec la récupération en plein effet, chaque détail est sur analysé jusqu’au point où l’on devient hypocondriaque.

3. Vous disposez de cette étrange chose appelée “énergie”. Vous en avez juste… beaucoup.

4. Vous vous retrouvez à culpabiliser par rapport aux anciens entraînements. A la dernière minute vous vous dites que vous n’êtes pas prêt et que vous n’avez pas travaillé assez. Alors que en réalité vous avez travaillé dur pendant plusieurs mois et même si votre corps n’aurait pas pu accepter une plus longue période de travail, vous vous retrouvez à espérer avoir eu plus de temps pour vous entraîner.

5. Vous êtes presque positif d’avoir pris un ou deux kilos depuis le début de l’affûtage. Oui, votre coach vous rappelle de diminuer les quantités, de ne pas se resservir pour la troisième des pâtes, d’éviter les pizzas ou burgers mais c’est plus fort que vous et les habitudes sont compliquées à effacer. Pendant ce temps les parents sont heureux de voir la nourriture durer un peu plus longtemps dans le frigidaire.

6. Vous vous retrouvez à sur analyser votre technique. Est-ce que j’étais bien en flèche avec ma main droite au dessus de la gauche? Est-ce que l’angle de mon pieds quand j’ai poussé au mur était bien de 43 degrés? Comment je n’ai jamais pu penser à ça avant?

7. Oubli complet du travail effectué. Après quelques jours seulement d’affûtage, vous ressentez rapidement que peut être, en effet, petit à petit vous perdez de l’endurance. Il ne faut pas longtemps pour oublier le nombre ridicules d’heures de travail dans l’eau effectuées quelques semaines et mois plus tôt. Une semaine facile et le travail semble perdu.

8. Pendant l’entraînement vous vous sentez bien et mal simultanément. Pendant 50 mètres on vole sur l’eau avec des bons appuis et le prochain on se sent comme un bout de bois qui coule et nage avec les poings fermés, et parfois c’est les deux en même temps.

9. Vous développez une phobie, paranoïa des germes et des maladies. Votre œil suspicieux se méfie de quiconque. Une poignée de main ou une bise est une épreuve à risques qui peut sembler fatale. Le pire, les lieux et transports publics et leurs poignées.

10. Vous avez des changements de comportement très très rapides. C’est à dire de très optimiste à au fond du trou en quelques secondes. Soudainement ça passe de “je vais nager très vite et faire que des meilleurs temps” à “je vais mourir et pas progresser”. Généralement parlant vous êtes une personne logique, rationnelle- sauf en période d’affûtage. Pour ceux non habitués à ça, ça peut leur faire un choc la première fois- après tout ils sont plus habitués à vous voir dormir en classe et à l’arrière de la voiture.

11. Sans cesse vous cherchez à savoir comment vous allez nager. Le renforcement positif est bienvenue tout le temps- une musique préférée à la radio avant d’aller à l’entrainement ? Cela ressemble à une médaille d’or pour moi. Vous vous retrouvez avec des personnes insupportables dans un projet de groupe pour les cours? Définitivement la disqualification qui approche. La folie de l’affûtage c’est lorsque nous analysons chaque signe extérieur et le rapportons à comment il va nous influencer et donc influencer comment nous allons nager le jour J.

12. La combi (naison), bonnet lunettes de compétition sont prêts à être emportés. Ils sont déjà à l’extérieur dans la chambre. Personne ne les touche ou ne pense à eux sauf vous qui parfois les essayez quelques jours avant ou le jour d’avant la compétition.

13. La peur de se fatiguer. Lorsque les amis ou la famille veulent faire la moindre chose pendant l’affûtage et bien non ça ne sera pas possible car “je suis en affûtage”. Les devoirs ? non merci ça va aller Maman. Sortir ? Marcher ? non plus. En fait si c’était possible de rester allongé toute la journée sous une bulle anti maladies ça serait pas mal.

14. Nager vite. Vous avez fourni le travail nécessaire, fait tout pour réussir.  Vous vous battez contre les doutes, les attentes, les spéculations et appréciez l’affûtage pour ce qu’il est- une opportunité de nager vite.

 

 

A Propos de OLIVIER POIRIER-LEROY

Ancien nageur de niveau national déterminé à aider les nageurs à développer un mental de haut niveau de performance dans la piscine. Il a publié le livre YourSwimBook, livre pour noter ses entraînements durant 10 mois pour les nageurs de compétition.

Il a aussi publié récemment un livre sur le travail mental pour les nageurs de compétition: Conquer the Pool: The Swimmer’s Ultimate Guide to a High Performance Mindset. Il regroupe de la recherche sur la psychologie du sport, des fiches de travail, des anecdotes et des exemples d’Olympiens dans le passé pour donner aux nageurs tous ce qu’il leur faut pour conquérir l’aspect mental du sport. (Tout en anglais). Click here to learn more about Conquer the Pool.

Leave a Reply

Want to take your swimfandom to the next level?

Subscribe to SwimSwam Magazine!