Sun Yang suspendu huit ans par le TAS

by Lily Ermal 0

February 28th, 2020 Français

Le triple champion olympique Sun Yang a écopé de 8 ans de suspension, la durée maximale, pour son comportement lors d’un test antidopage inopiné en septembre 2018, a annoncé le tribunal arbitral du sport (TAS) ce vendredi.

Le Chinois de 28 ans a été reconnu coupable d’avoir altéré le processus de contrôle antidopage, en dépit de son argument disant que le personnel réalisant le test n’avait pas les compétences pour le faire. “Le comité a notamment constaté que le personnel en charge du contrôle antidopage remplissait toutes les compétences nécessaires” a indiqué le TAS.

Le Tribunal arbitral du sport a cependant annoncé que les précédents résultats de Sun, réalisés l’an dernier, ne seraient pas inclus dans la suspension car la FINA n’avait pas demandé de suspension provisoire. Sun n’a pas été testé positif lors des tests réalisés avant et après l’incident, il n’y avait pas de preuve concernant une possible activité illicite depuis septembre 2018.

Cliquer ici pour voir le communiqué complet

Suite à la décision, Sun a déclaré qu’il allait “certainement” faire appel. Selon le site du tribunal, un appel est “permis pour un nombre très limité de motifs, comme la juridiction, la violation de règles de procédure élémentaire (ex: violation du droit à une audience équitable) ou incompatibilité avec une politique publique.

CONTEXTE

L’affaire de Sun fait suite à un test antidopage inopiné réalisé en septembre 2018. Le champion olympique chinois avait contesté la compétence des agents de contrôle antidopage et n’avait pas fourni d’échantillon d’urine. Sa contestation envers les agents de contrôle a causé un différend au sujet d’une fiole de sang qu’il avait déjà donnée cette nuit-là. L’échantillon de sang a finalement été détruit par l’un des gardes de Sun, tout en le retirant du récipient sécurisé.

La FINA avait initialement demandé une suspension pour le nageur chinois, mais un panel indépendant de la FINA l’a autorisé à concourir. L’AMA (Agence mondial antidopage) a fait appel de cette décision devant le tribunal d’arbitrage du sport, qui a tenu une audience publique en novembre dernier, bien que cette audience ait été entachée par des problèmes de traduction retardant ainsi la décision du TAS.

Sun Yang avait déjà quelques affaires de dopage à son actif, rendant l’incident d’autant plus controversé. Il avait été testé positif lors des championnats nationaux de Chine au printemps 2014, et avait écopé d’une suspension de 3 mois. Cette suspension n’avait ni été annoncée, ni rendue publique jusqu’à sa fin et était assez courte pour lui permettre de faire des compétitions (et remporter 3 médailles d’or aux Jeux d’Asie 2014). En 2016, le Français Camille Lacourt l’avait vivement critiqué : “Il pisse violet” avait il déclaré lors des jeux de Rio.

Suite à la décision de vendredi, l’AMA a publié un communiqué se déclarant ” satisfaite que la justice ait été rendue dans cette affaire.”

In This Story

Leave a Reply

Want to take your swimfandom to the next level?

Subscribe to SwimSwam Magazine!